Wadjda : Haifaa Al Mansour, la Saoudienne qui voulait faire du cinéma

Première publication : « Saoudienne et moderne »‘, L’Avenir, 7 février 2013.

Elle est la première femme de son pays à se lancer dans le cinéma. Avec «Wadjda», Haifaa Al-Mansour pose un regard bienveillant et nouveau sur l’Arabie Saoudite.

Wadjda est le premier film tourné entièrement en Arabie Saoudite. Comment avez-vous obtenu les autorisations ?

En Arabie Saoudite il n’y a pas de cinémas, mais il y a beaucoup de séries dramatiques saoudiennes à la télévision. J’ai contacté un producteur TV avec le scénario, et il a introduit les demandes de tournage. J’ai voulu écrire un scénario respectueux de la culture, qui serait accepté par la commission de censure. C’était important de ne pas donner l’impression de critiquer. C’est un film qui parle d’amour et d’espoir, pas de confrontation. Et je pense que cela s’est ressenti, puisque la réponse fut positive.

Qu’est-ce que le tournage de ce film vous a appris sur vous-même ?

Que j’ai plus de détermination et d’endurance que je ne pensais ! Plus jeune, si on m’avait dit qu’un jour je mettrais 5 ans à faire un film, je n’y aurais pas cru. Mais c’est un processus, j’ai beaucoup appris, et j’apprends tous les jours.

Comment coexistent tradition et modernité en Arabie Saoudite ?

La société saoudienne s’est construite sur l’importance de la tribu, le collectif prime sur l’individu. Mais aujourd’hui elle est en pleine mutation. Elle reste attachée à ses traditions mais s’ouvre peu à peu au monde. Cette tension permanente entre les deux s’illustre dans la différence entre le public et le privé. Dans le film j’ai voulu montrer ce qu’on ne voit pas. Et les femmes sont au cœur de tout cela bien sûr : voilées dans la rue, elles se relâchent dans l’intimité. Elles reflètent fort cette dichotomie. Mais les mentalités progressent et les individus s’affirment doucement. Le roi Abdallah fait bouger les choses depuis qu’il est au pouvoir. C’est un processus lent mais il y a une volonté d’agir. La cause des femmes est en train de progresser : elles ont obtenu le droit de vote l’an dernier, elles entrent peu à peu dans la vie politique. Et j’espère qu’elles iront voter !

Comment votre famille réagit-elle à votre carrière ?

Ma famille est plutôt libérale. Ma mère se réjouit de me voir réussir. Je retourne d’ailleurs souvent la voir, elle est ma principale source d’inspiration. C’est une femme forte et déterminée, comme Wadjda !

Quelles sont les autres femmes qui vous inspirent ?

Je suis tombée amoureuse de Rosetta des frères Dardenne : cette fille est incroyable. Mais je m’inspire de toutes les femmes que je rencontre, je prends des petits morceaux de chacune.

WADJDA

De Haifaa Al-Mansour. Durée : 1 h 37. Sortie Belgique : 6 février 2013

 

crédit photos : L’Avenir/Reporters/Abaca

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s